Dossier du mois: le noir et la couleur

Le jeu des encres à l'atelier de Chalcographie du Louvre 

L’impression des planches de cuivre de la collection nécessite une recherche constante sur la composition des encres, permettant aux imprimeurs de se tenir à la pointe des évolutions techniques du métier, et afin d’être en mesure de préserver tout l’éclat de ces reliquats du passé. Ce travail de mise au point des encres est déterminé par les caractéristiques propres de la planche. L’imprimeur peut être amené à rendre cette encre plus ou moins fluide, grasse, collante ou sèche, en utilisant de nombreux composants qui viendront modifier ses qualités originales : notamment des pigments, des résines, des vernis, des huiles ou des cires.

Préparation des encres 

Préparation des encres pour l'impression de l'estampe de Pierre Alechinsky Le Pinceau voyageur

De même, si la gravure est souvent perçue comme monochromatique avec pour couleur dominante le noir, il est extrêmement rare qu’une planche ne soit imprimée qu'avec une seule couleur : différents types de noirs sont souvent mélangés en fonction de leur tonalité, chaude ou froide.

Préparation des encres noires et outils 

Préparation des encres noires et outils pour l'impression d'une estampe

Dans certains cas, l’imprimeur effectue un véritable travail de chromiste, lorsque plusieurs couleurs différentes doivent être appliquées sur une seule et même planche, ou lorsque l’estampe est composée de la superposition de plusieurs planches imprimées successivement dans des couleurs différentes. Certaines estampes imprimées à l’atelier de chalcographie du Louvre sont également amenées à être rehaussées par la suite à l’aquarelle par une coloriste. Les couleurs sont délicatement appliquées au pinceau, à partir d’un modèle couleurs appelé spécimen. Il faut compter deux jours de séchage minimum avant de pouvoir réaliser l’aquarellage et révéler les nuances de ces gravures.